C’est une bien triste nouvelle qui est tombée en cette fin de mois d’avril dans les milieux du Tourisme Équestre ligérien. En effet Marcel Degot qui fût président du CDTE Loire pendant de nombreuses années a décidé d’aller chevaucher les vertes prairies de l’au-delà.

Marcel, amoureux de la nature et des chevaux, n’a cessé tout au long de sa vie d’œuvrer pour la collectivité, en poussant au paroxysme la notion de bénévolat. Fin skieur, il a animé très longtemps le ski club roannais puis s’est tourné rapidement vers le Tourisme Équestre sa véritable passion.
Il avait réussi à créer par le biais du comté d’entreprise des ARCT (Ateliers Roannais de Construction Textile), son employeur, un club équestre dynamique, doté de belles infrastructures et qu’il a présidé de nombreuses années. Rapidement ensuite il est entré au bureau du CDTE Loire avant d’en prendre la présidence. Il s’est alors investi de façon exceptionnelle pour faire reconnaître la Tourisme Équestre auprès des collectivités territoriales. Il a reconnu des centaines de kilomètres de sentiers, crée des itinéraires, balisés des chemins. Créateur des premières cartes de T.E. de son département, il a mis en place de nombreux rallyes, et un journal d’information départemental consacré au T.E., et il est l’instigateur du concept des « beaux dimanches », concept qui n’a cessé depuis de se développer partout en France. Mais en marge de toutes ces actions et les nombreuses autres que l’on oublient ,comme la fête du cheval de Roanne qui permet encore aujourd’hui de rassembler toutes les familles de l’équitation,
il prenait le temps avec son fidèle lusitanien « Porqueno », de parcourir des milliers et des milliers de Km à cheval, enfourchant notamment son compagnon devant chez lui pour se rendre jusqu’aux Equirandos, même les plus éloignées, accompagné de son épouse Claude et de sa fille Martine qui assuraient de façon magistrale l’intendance.

Marcel qui avait connu très tôt un drame familial douloureux avec la perte de 2 enfants, a souhaité tout au long de sa vie rendre aux autres ce que le destin lui avait pris. Exigeant avec lui-même, il l’était bien sûr avec les autres. Homme au grand cœur et très timide il cachait sous un faciès sérieux ses sentiments et son sens de l’humour.
Il a été pour tous les randonneurs équestres ligériens, un très grand apôtre du T.E. à tel point que de par sa silhouette et son action il avait reçu le surnom affectueux de « l’Abbé Pierre ».


Nous sommes sûr que sa dernière randonnée sera empreinte de la sérénité qu’il a tant recherché

Au revoir ami cavalier…

 

Crédits photo : Michel Pré